© 2019 IRINA KURTISHVILI

TBILISSI UNDERGROUND

Group Show / Espace Cosmopolis, Nantes, France (11. – 31.05.2009)

FR

L´ exposition  TBILISSI UNDERGROUND présente une vision inédite de Tbilissi, capitale de la Géorgie, au travers d’archives photographiques et filmées, d’affiches, de fanzines. En marge de la culture officielle géorgienne s’est développée entre les années 80 et aujourd’hui une culture souterraine, underground. Pendant 30 ans (1979 – 2009), des poètes, musiciens, photographes, réalisateurs, plasticiens, performers ont créé leurs modes de diffusion, lieux de rencontres,  événements, hors de toute convention. À partir des années 90, les principaux acteurs de cet univers artistique ont franchi les frontières. Leur histoire est indissociable de l’histoire politique de la Géorgie et il nous paraît primordial que le public perçoive comment ces sphères qui semblent assez éloignées l’une de l’autre ont pu se nourrir mutuellement, de l’URSS à la Géorgie indépendante.

 

À l`occasion des 30 ans du jumelage Nantes Tbilissi. À 360 Productions & Caravansarai, Echanges artistiques Présente à Cosmopolis, espace international de ville de Nantes l´exposition: TBILISSI UNDERGROUND

DE

Die Ausstellung TBILISSI UNDERGROUND thematisierte die gegenseitige Einflüsse zwischen Kultur und Politik von der Sowjetzeit bis zum unabhängige Georgien und stellte durch fotografisches und filmisches Archiv, durch Plakate und Flyer eine unerforschte Epoche vor. In den 80er Jahren am Rande der offiziellen Kultur hat sich in Georgiens Hauptstadt eine alternative Kultur, s.g. Underground, entwickelt. 30 Jahre lang (1979 – 2009) haben Dichter, Musiker, Fotografen, Regisseure und Künstler ihre besondere Lebensweise mit neuen sozialen und ästhetischen Prinzipien geschaffen, indem sich eine veränderte Weltanschauung manifestierte. Ab den 90er Jahren haben die Hauptakteure dieser künstlerischen Welt die Grenzen mit einer fundamentalen, für die anderen nur oberflächlichen Freiheit, überschritten. Ihre Geschichte ist der politischen Geschichte Georgiens untrennbar.
 
Die Ausstellung wurde von 360 Productions & Caravansarai, Echanges artistiques, zum 30jährigen Jubiläum der Städtepartnerschaft Nantes – Tbilissi organisiert und in der Räume Cosmopolis, gezeigt.

ARTISTS: Dato Chikhladze, Temo Djavakhishvili, Mamuka Japharidze, Kote Jincharadze, Karlo Kacharava, Irina Kurtishvili, Luka Lasareishvili, Yura Mechitov, Sergei Paradjanov, Guela Patiashvili, Koka Ramishvili, Guia Rigvava, Gio Sumbadze & GOSLAB, Dito Tsintsadze, Aleko Tsabadze, Kisho & Inteligencia, Oleg Timchenko, Mamuka Tsetskhladze, Niko Tsetskhladze, Guram Tsibakhashvli, Guela Tsuladze, Iliko Zautashvili 

 

CURATORS: Shalva Khakhanashvili and Arnaud Contreras, Paris

HOTEL ORIENT – former ARTISTS HOUSE / Photographed by W. Kurtishvili 1992

Exhibition view / project HOTEL ORIENT – former ARTISTS HOUSE as a part of exhibition TBILISSI UNDERGROUND

FR

Irina Kurtishvili montre la ville de Tbilissi mais certes pas sous son meilleur angle. On ne verra ici aucun des motifs de carte postale d'autrefois tels que la Galerie Bleue, l'Opéra ou le Théâtre Rustaveli. Au lieu de cela l'artiste dirige notre regard sur le terrain vide, laissé en friche au coeur de Tbilissi. C'est lacicatrice encere visible, bien qu'on y prête peu d'attention, de la ville détruite lors de la guerre civile de 1991–1992. En montrant cet espace vacant à l'intérieur de la ville, Irina Kuritshvili en fait un lieu de commémoration qui rappelle ce qui a été et qui n'est plus. Le souvenir survole une brèche, un vide que l'on ne peut pas combler. L'HÔTEL ORIENT – ancienne MAISON D'ARTISTES.

 

Il s’agit de l’«Hotel-Orient», un édifice iconique ayant existé dans le passé et qui est devenu dans les années 80 le centre de la subculture en Géorgie. Il est surtout resté dans la mémoire des habitants de Tbilissi en tant que la  «Maison des Artistes». C’est dans LA MAISON DES ARTISTES qu’ont été réalisées les premières expositions de l’avant garde géorgienne et de l’art abstrait qui montraient la complexité grandissante des relations sociales effectives.

Shalva Khakhanashvili, Commissaire de l'exposition

DE

Irina Kurtishvili zeigt die Stadt Tbilissi nicht gerade von ihrer besten Seite. Keine der üblichen Postkartenmotive jener Zeit wie die Blaue Galerie, das Opernhaus oder das Theater Rustaweli sind zu sehen. Stattdessen lenkt die Künstlerin unseren Blick auf die brachliegende Leerfläche im Herzen von Tbilissi. Diese bildet die immer noch sichtbare, wenn auch kaum wahrgenommene Narbe der vom Bürgerkrieg 1991–1992 zerstörten Stadt. Indem Irina Kurtishvili diese Leerstelle im Stadtraum ins Bild setzt, wird diese zum Ort der Erinnerung, die an das einst Dagewesene und nun Verschwundene mahnen. Die Erinnerung kreist dabei um eine Lücke, eine Fehlstelle, die nicht zu füllen ist: HOTEL ORIENT – ehemaliges HAUS DER KÜNSTLER.
 
Es handelt sich um das einst existierende ikonische Bauwerk HOTEL ORIENT, welches in den 1980er Jahren das Zentrum georgischer Subkultur wurde und vor allem als HAUS DER KÜNSTLER bei den Tbilissern in Erinnerung geblieben ist. Im HAUS DER KÜNSTLER fanden die ersten Ausstellungen der georgischen Avantgarde und der abstrakten Kunst statt, die die gewachsene Komplexität der tatsächlichen sozialen Beziehungen veranschaulichten.

Shalva Khakhanashvili, Kurator der Ausstellung

HOTEL ORIENT – former ARTISTS HOUSE (1992) marked in red on the map / site plans, sketches, notes, and manuscripts from 1992 to 1995 / the project archives of the architect W. Kurtishvili

Exhibition view

Whole presentation of the Rustaveli district (Tbilisi's commercial and cultural center) in the beginning of the ’90s. Position 2: the governments palace across the historical HOTEL ORIENT – former ARTISTS HOUSE

FR

 

HÔTEL ORIENT / MAISON D'ARTISTES
Histoire

 

L´HÔTEL ORIENT fut constriut à la fin du 19ème siècle sur l'emplacement de l'ancien Palais de Justice de Tbilissi d'après les plans de l'architecte allemand Albert Salzmann (1833 – 1897). En 1895, la presse de l'époque annonçait: „ouverture d'un très grand et très bel hôtel de luxe, l'Orient, à Tbilissi“. L'ouvrage le plus fameux de Salzmann connut un destin mémorable: d'abord hôtel, abritant ensuite des services de l'administration et maison d'artistes dans les années 80, le somptueux édifice servit ultimement de quartier général et d'hôpital militaire lors de la guerre civile, pendant l'hiver 1991 – 1992. Cent ans après son inauguration, le bâtiment qui avait été fortement endommagé par un incendie, fut définitivement démoli par les autorités de la ville en 1995. Aujourd'hui cet endroit vide et dévasté au coeœur de Tbilissi est le seul terrain vacant sur l'avenue Rustaveli.

 

Cet hôtel de construction classique jouissait d'une situation centrale sur le grand boulevard Golowinskyi Prospekt, aujourd'hui rebaptisé Rustaveli Avenue, imposante artère aux bâtiments monumentaux de style européen. C'est là que se trouvaient la “Galerie bleue” (1885), l'Opéra (1888) et l'ancien “Théâtre de la Trésorerie”, aujourd'hui “Théâtre Rustaveli” construit en 1896. La Rustaveli Avenue a petit à petit acquis son aspect actuel, au cours des deux derniers siècles et constitue un ensemble urbain remarquable. Son apparence n'a cessé de changer au gré des constructions des différentes époques. Au moment de l'idéologie construits le bâtiment de la Poste et des Télégraphes (1934), la filiale du Musée du Marxisme et du Léninisme (1938) et le Palais Gouvernemental (1953).

 

Au cours de la guerre civile de 1991 – 1992 à Tbilissi, ce quartier historique de la ville fut fortement endommagé. Tout autour du quartier où siège le gouvernement, des monuments architectoniques et culturels uniques en leur genre furent détruits. En dépit de l'instabilité politique et économique des années qui suivirent, on prit à coeœur à des ingénieurs pour mener à bien la restauration et la reconstruction de l'Avenue et de ses environs. En 1993 un appel d'offres national fut lancé. Une grande partie des bâtiments détruits furent rénovés, voire reconstruits: le “Premier Lycée” (1995), l'église St-Georges Kaschweti (1999), le Théâtre Rustaveli (2002), l'hôtel „Majestik“ (Inturist), aujourd'hui „Tbilissi Marriott“(2002), les bureaux de la maison Morisson sur la Plae de la Paix (2003).

 

 

COSMOPOLIS  Espace international 

Passage Graslin, 18 rue Scribe

44000 Nantes France

Tél. 02 51 84 36 70